Saint Valentin
La Saint-Valentin

Les Thaïlandais, c’est bien connu, adorent faire la fête et toutes les occasions sont bonnes dès qu’il s’agit d’être joyeux. Des parades de Noël commencent même à apparaître jusque dans les villes les plus reculées de l’Issan aux alentours du Wan Kissmass (Jour de Noël) alors qu’il n’y existe aucune tradition chrétienne. Rien d’étonnant donc que le Wan Waa-Len-Taai (la Saint-Valentin) ait conquis le coeur de jeunes Thaïlandais depuis des années.

Les centres commerciaux et les marchands ambulants regorgent d’articles d’un goût parfois douteux, tels d’énormes ours en peluche synthétique (fabriqués en Chine: gare aux allergies), portant des petits coeurs rouges plein de « I love you ». Les étals des fleuristes débordent également de roses rouges; quant aux papeteries, ce sont les cartes illustrées de coeurs et de Cupidon qui font leur devanture.

Outre les jeunes gens qui se déclarent leur flamme, d’autres couples choisissent ce jour pour convoler en justes noces. Certains futurs époux font la queue devant le bureau d’Etat Civil dès l’aurore.

Visant plutôt les touristes, quelques écoles de plongée offrent des mariages sous-marins pour l’occasion. Cependant, d’après celles qui ont tenté l’expérience, plonger avec des bouteilles d’air accrochées sur une robe de mariée n’est pas vraiment confortable…

La Saint-Valentin est tellement entrée dans les moeurs thaïlandaises que certains officiers d’Etat Civil refusent d’accepter les demandes de divorce ce jour-là. C’est une journée faste pour les amoureux, un peu extrême comme toutes les fêtes de Thaïlande, mais où il vaut mieux ne pas trop se laisser aller à manifester son affection en public.

Car, contrairement à l’image qu’on en a en Europe, la société thaïlandaise reste principalement conservatrice: se tenir par la main dans la rue pour un garçon et une fille (pour des adolescent(e)s du même sexe, rien de répréhensible car il ne s’agit là que d’un simple signe d’amitié) est extrêmement mal vu. Alors pas questions de s’y livrer à des baisers langoureux ou à des attouchements plus suggestifs: la police est sur le qui-vive pour rappeler à l’ordre ceux qui osent troubler l’ordre moral en cette occasion.

Laisser un commentaire