Fêtes traditionelles Archives • Phuket Francophone Magazine

Fêtes traditionelles

heroines monument thalang Phuket

Le Festival des Héroïnes

Le Festival des Héroïnes

2021: date à confirmer

Le Festival des Héroïnes est un des festivals les plus importants de l’île, et inclut de nombreuses activités culturelles et sportives. Il dure deux semaines et commémore la victoire des deux héroïnes de Phuket, Thao Thep Krasattri et Thao Sri Suntorn, sur l’armée birmane au XVIIIème siècle. Le Festival des Héroïnes se tient dans le nord de Phuket, en de nombreux endroits de la commune de Thalang, dont le Monument des Héroïnes et le Wat Pranangsang.

Heroine monument phuketLe point fort du Festival des Héroïnes est une spectacle reconstituant un moment important dans l’histoire de Phuket. Au XVIIIème siècle, les soeurs Thao Thep Krasattri et Thao Sri Suntorn rallièrent la population de l’île pour défendre Phuket face à l’invasion de l’armée birmane. Cette reconstitution historique en plein air commence à 19 heures, et plus de 300 acteurs y participent.

Lancé en 1980, ce spectacle a lieu trois soirs durant le Festival des Héroïnes, et a ceci de particulier qu’il est totalement organisé par la population locale. Plusieurs mois à l’avance, on transforme un grand champ vide en palais royal et en zone de combats, où la reconstitution prendra place. Quant aux acteurs et figurants, ils sont tous amateurs et proviennent de toutes les couches de la société: villageois, étudiants, policiers, militaires, commerçants, fonctionnaires, etc… Les jeux de son et lumière sont impressionnants, et tout le monde sursaute lorsque les canons se mettent à tonner.

Le Festival des Héroïnes est principalement destiné à la population locale mais les visiteurs sont les bienvenus. Les organisateurs invitent chaque année les hôtels des environs à promouvoir l’événement parmi les touristes de Phuket, qui sont de plus en plus nombreux à apprécier ce spectacle gratuit.

Parmi les activités annexes au spectacle proprement dit, le Festival des Héroïnes compte côté sport une course cycliste, un tournoi de sepak takraw, un concours de tir à la corde et un mini marathon. Pour l’aspect culturel, les visiteurs pourront apprécier le rituel d’ordination bouddhiste qui a lieu à cette occasion, une cérémonie de « waï khru » au cours de laquelle les boxeurs thaïs présentent leurs respects à leurs professeurs, un spectacle de danse des sabres, un théâtre de marionnettes traditionnelles et des récitals de chants populaires. La foire ne serait évidemment pas complète si elle ne comprenait également de nombreuses échoppes vendant les produits de l’artisanat local (batiks, soies et objets décoratifs en bois) et des gargotes offrant aux affamés les spécialités gastronomiques de Phuket.

Phuket Francophone Magazine

Phuket Old Town • Night Market

Phuket Old Town Night Market

Phuket Old Town est un quartier d’intérêt historique dans la ville de Phuket. Les rues principales de la vieille ville de Phuket sont Thalang, Phang Nga, Krabi, Dibuk et Yoawarat. La vieille ville de Phuket est connue pour ses bâtiments sino-portugais des deux côtés de la rue. Beaucoup de vieux bâtiments ont été convertis en magasins, hôtels, restaurants et musées.

Night Market • Marché de nuit

De nombreuses spécialités locales sont en vente: végétariennes, chinoises, musulmanes. Des thés, des jus frais et de nombreux desserts…
C’est un endroit idéal pour acheter des souvenirs, faire des découvertes et passer une soirée sympa. Il est conseillé de se déplacer en moto. Les places de parking pour voitures sont rares aux alentours du marché.

Phuket Francophone Magazine

L'histoire

Phuket a une riche histoire en tant que pays minier d’étain, peuplé de Siamois, de Chinois, de Malais, d’Indiens, d’Eurasiens et de gitans de la mer. La communauté « Baba» est unique à Phuket, avec son propre mode de vie, sa langue, ses vêtements et sa nourriture. Le noyau de cette communauté a été formé par les premiers syndicats entre les mineurs d’étain de Hokkien et les femmes siamoises. Cet héritage distinctif « Baba » et peut-être observé dans la vieille ville de Phuket.

*Depuis le 16e siècle, les Européens ont été impliqués dans le commerce de l’étain à Phuket. Au 18e siècle, une grande partie de l’extraction de l’étain de l’île a été réalisée par des Chinois de Hokkien qui ont joué un rôle clé dans la construction de la vieille ville. Au début du 20e siècle, sous le gouverneur Phraya Rassada Nupradit, de grandes sociétés minières européennes y ont été invitées et de grandes infrastructures publiques telles que des routes et des canaux ont été construites. Personne ne sait exactement quand le premier bâtiment de ce style a été construit, mais des photographies du règne du roi Rama V (1853-1910) montrent qu’il était déjà bien établi à cette époque. Deux styles de construction en particulier se distinguent : la boutique (style sino-portugais) et la grande maison de maître (style sino-colonial).
Phuket Old Town • Night Market – Phuket – Thaïlande

.

Phuket Francophone Magazine (3)
Loy Krathong Phuket

Loy Krathong ou la Fête des Lumières

Loy Krathong à Phuket

Une riche célébration de la culture thaïlandaise

Le 27 novembre 2023

Loy Krathong, l’une des fêtes les plus colorées et vibrantes de Thaïlande, est un incontournable pour quiconque voyage à Phuket en novembre. Cette cérémonie, avec ses rituels spirituels et ses fêtes populaires, offre un aperçu intime de la culture thaïlandaise. Ce papier explore la signification de Loy Krathong, la manière dont il est célébré à Phuket, et donne quelques conseils sur la manière de vivre cette culture de la meilleure façon possible.

Loy Krathong

Qu'est-ce que le Loy Krathong?

Loy Krathong, parfois appelé « la fête des lanternes », est l’un des plus anciens et des plus respectés des festivals thaïlandais. Il a lieu le jour de la pleine lune du douzième mois lunaire thaïlandais, généralement en novembre. Le nom même « Loy Krathong » se traduit par « flotter un panier », une référence au rituel de laisser filer de petits paniers ou des « krathongs » sur l’eau.

La Célébration de Loy Krathong à Phuket

Phuket, une île au Sud-Ouest de la Thaïlande, célèbre Loy Krathong avec une grande ferveur et du spectacle. Les rues de Phuket bourdonnent d’énergie pendant les festivités du Loy Krathong, avec des défilés, des spectacles de musique et de danse, et bien sûr, l’inoubliable lâcher des krathongs.

La célébration commence par un grand défilé qui traverse la ville, où les habitants et les visiteurs peuvent voir des danseurs en costumes traditionnels, des géants de papier mâché et des spectacles de musique en direct. L’apogée du festival est le rituel consistant à libérer les krathongs. Les gens fabriquent ou achètent des paniers délicatement décorés, souvent faits de feuille de bananier, de fleurs, de bougies et de bâtons d’encens. Ils font un vœu, ouvrent la bougie et l’encens, et libèrent le krathong sur l’eau. Cette action symbolise l’abandon des malheurs, des erreurs et des malédictions pour embrasser la chance et un nouveau départ.

Participation et Conseils

Tout le monde est invité à participer à cette célébration. Si vous prévoyez de participer, assurez-vous d’acheter un krathong écologique, fabriqué à partir de matériaux biodégradables, pour minimiser l’impact sur l’environnement. Vous pourrez en trouver dans les marchés locaux.

Ensuite, préparez-vous à être émerveillé par l’ambiance joviale. N’hésitez pas à prendre part aux danses traditionnelles et à déguster la cuisine locale proposée par les nombreux stands de rue.

En plus des activités de krathongs, n’oubliez pas les magnifiques lâchers de lanternes célestes qui illuminent le ciel nocturne, créant un spectacle absolument époustouflant.

Loy Krathong ne représente pas seulement des lumières et des festivités ; il est un symbole puissant de renouveau, de pardon et de gratitude. Phuket, avec son énergie éblouissante et sa ferveur festive, offre l’une des meilleures expériences de cette célébration traditionnelle thaïlandaise. Alors, que vous soyez un habitué du festival ou un nouveau venu, ne manquez pas l’occasion de célébrer le Loy Krathong à Phuket, une expérience qui restera gravée longtemps dans votre mémoire.

Vegetarien Vegetarian festival Phuket

Le Festival Végétarien à Phuket

Le Festival Végétarien

Le Festival Végétarien à Phuket est un événement haut en couleur qui s’étend sur une période de 9 jours et durera cette année du 5 au 15 octobre 2021. Il célèbre la croyance de la communauté chinoise que l’abstinence de viande et de divers stimulants durant le neuvième mois lunaire du calendrier chinois les aidera à jouir d’une bonne santé et de la paix de l’esprit.

Vegetarian Festival PhuketBien que les origines du Festival Végétarien ne soient pas clairement établies, il semble que celui-ci ait été apporté à Phuket par un groupe d’opéra nomade chinois dont les membres tombèrent malade de la malaria lors de leur prestation sur l’île. Ils décidèrent alors de suivre un régime végétarien strict et de prier les Neufs Dieux Empereurs qui garantissent la purification de l’esprit et du corps.

Lors de leur rétablissement, les gens célébrèrent cet événement en organisant un festival destiné à honorer les dieux en même temps que d’exprimer le bonheur des gens d’avoir survécu à ce qui, au dix-neuvième siècle, était une maladie mortelle.
Le Festival Végétarien se tient toujours les premiers jours du neuvième mois lunaire chinois. Pendant neuf jours, les participants observent les engagements suivants:

  • Etre extrêmement propre
  • Porter du blanc
  • Pas de viande ni produits issus de ce qui est animal (oeufs, lait, fromage, beurre…)
  • Pas de rapports sexuels
  • Pas d’alcool
  • Ni gros mots ni insultes ni bagarres
  • Ne pas se montrer cruel envers les animaux.

D’autre part les ustensiles de cuisine reservés au Jae (la nourriture végétarienne) ne doivent pas être utilisés par des personnes ne participant pas au festival. Enfin les personnes en deuil ne doivent pas participer aux cérémonies et les femmes enceintes ou celles ayant leurs menstruations ne peuvent pas y assister.

L’un des aspects les plus passionnants du Festival Végétarien réside dans la variété (et parfois l’horreur) des cérémonies qui ont lieu pour invoquer les dieux. Marcher sur le feu, se transpercer le corps et autres actes de mortification entrepris par les participants agissant en tant qu’intermédiaires des dieux, sont devenus plus spectaculaires et audacieux d’année en année. Hommes et femmes se percent les joues d’instruments divers tels que couteaux, broches, tiges métalliques, branches… Il semblerait que les dieux Chinois protègent ces personnes de la douleur, du sang qui coule ou des cicatrices qui résultent de tels actes de mutilation. Il est sans aucun doute déconseillé aux âmes sensibles d’y assister.

Vegetarian Festival PhuketLes cérémonies du Festival Végétarien se tiennent dans les alentours de chaque temple chinois de Phuket. Le temple principal est celui de Jui Tui, non loin du marché de produits frais de Ranong Road à Phuket Town, même si la tradition indique le temple de Kathu comme étant celui qui a introduit cette coutume sur l’île.

Le premier événement consiste en l’élévation du Mât à la Lanterne, un acte qui avertit les neuf dieux chinois que le festival va commencer. Le mât mesure au moins dix mètres une fois dressé, les participants croyant que le dieu hindou Shiva descend apporter sa force spirituelle sur l’événement.
Pendant les jours suivants, les membres de la communauté sino-thaïe apportent les dieux de leur maison au temple, en plus de faire des offrandes de nourriture et boisson. Il est supposé que les dieux apportés bénéficieront d’une injection annuelle de l’énergie spirituelle qui emplit le temple. Les visiteurs peuvent participer à l’allumage des bâtons d’encens et bougies qui sont placés autour des divers dieux.

Généralement se déroulent des processions dans les rues de l’île, où les visiteurs peuvent voir les participants déambuler en transes. Parmi d’autres événements, vous pourrez voir des centaines de résidents locaux courir sur un lit de charbons ardents ou encore grimper, toujours en transes, sur une échelle de lames tranchantes de huit mètres de haut.

A part l’aspect visuel du Festival Végétarien, les visiteurs peuvent déguster la cuisine spécialement préparée pour l’événement et disponible aux échoppes qui s’installent un peu partout sur l’île durant cette période. Les plats végétariens ne se distinguent pas facilement des plats habituels car des produits de substitution protéinés et à base de soja sont utilisés pour remplacer la viande et ressemblent étonnamment à de la viande tant par l’aspect que par le goût. Les échoppes vendant des plats végétariens se repèrent facilement car elles affichent des banderoles ou des drapeaux jaunes portant des caractères rouges chinois ou thaï.
Bon appétit!

P.v.K, d’après Phuket-Thailande.com

Phuket Vegetarian Festival
LecturePlay
Vegetarian Festival Phuket • Le Festival Végétarien à Phuket • Wat Samkong
LecturePlay
Slide
LecturePlay
Bang Niaw Chinese Temple • Phuket • Thailand
LecturePlay
Phuket Vegetarian Festival
LecturePlay
previous arrow
next arrow
Tailleur à Phuket
fête des mères

Fête des mères et anniversaire de la Reine Sirikit

La fête des mères

Le 12 août, les Thaïlandais célèbrent l’anniversaire de la Reine Sirikit, considérée comme la « mère »du peuple. Mais c’est aussi la fête des mères dans tout le royaume. Fleur de jasmin, cadeaux et T-shirts à l’effigie de « Maman » seront donc de rigueur. En soirée, les esplanades de tout le royaume battront la chamade au rythme des feux d’artifice et divertissements en tous genres.

Depuis quelques jours, les drapeaux bleus, couleur du jour de naissance de la Reine Sirikit, ont fait leur apparition un peu partout dans le pays à l’approche des célébrations de l’anniversaire de Sa Majesté la Reine, le 12 août. Devant les organisations administratives, les entreprises et les grands immeubles, ont été dressés des portraits de l’épouse de Feu le Roi Bhumibol Adulyadej. Comme chaque année sur les esplanades de chaque tambon, toute la journée et en soirée, des moments solennels alterneront avec des concerts et des divertissements pour rendre l’hommage à Sa Majesté, qui est aussi considérée comme la mère de tous les Thaïlandais.

Le 12 août est d’ailleurs également le jour de la fête des mères en Thaïlande, l’occasion pour les gens de tous âges de revêtir une chemise ou un T-shirt témoignant leur amour pour leur maman et de lui acheter ou confectionner un cadeau. « Il n’est pas anormal de rencontrer des hommes d’un certain âge dans la rue vêtus d’un T-shirt portant l’inscription Love Mom ou Rak-mae (« J’aime Maman »), car en Thaïlande les enfants sont attachés pour toujours avec leur mère, plus qu’avec leur père », remarque Sakoon Pakdeekam, professeur de philosophie féministe à l’université Silpakorn.

Les Thaïlandais offriront également à leur maman un bouquet de jasmin. La blancheur de la fleur de jasmin rappelle la pureté de l’amour d’une mère pour son enfant, l’intensité du parfum en illustre la force, et le fait que cette fleur s’épanouisse toute l’année suggère l’éternité de cet amour.

Des débuts difficiles avant que la Reine y soit associée

La fête des mères est apparue pour la première fois en Thaïlande le 10 mars 1943. Elle avait alors été instaurée par le Ministre de la Santé Publique qui se serait inspiré de la fête de mères aux Etats-Unis.
Mais le contexte de la seconde guerre mondiale rend difficile l’adoption par le peuple de cette nouvelle fête qui tombe aussitôt aux oubliettes. En 1950, le gouvernement thaïlandais cherche à nouveau à promouvoir la fête de mères et la place sur le calendrier au 15 avril. Mais là encore, c’est un échec. C’est finalement en 1976 que le Conseil National de l’Assistance Sociale de Thaïlande, sous le patronage du Palais Royal, déclare le 12 août, jour de l’anniversaire de Sa Majesté la Reine Sirikit, comme la journée de toutes les mères.
L’année suivante, le Ministère de l’Education publie un livre intitulé « La mère de tous les Thaïlandais », démontrant que la Reine Sirikit agit telle la mère du peuple thaïlandais. L’ouvrage passe en revue les actions menées par la Reine pour venir en aide aux Thaïlandais, notamment dans les domaines de l’éducation et de la santé, aux côtés de l’amour et de la tendresse maternelle qu’elle manifeste pour ses propres enfants. La Reine Sirikit s’attache également à ce qui touche à la préservation des arts et de la culture thaïlandaise pour cultiver la fierté nationale de ses sujets.

D’après P.P., Le Petit Journal

Le Festival de Por Tor ou la Fête des Fantômes Affamés

Le Festival de Por Tor ou la Fête des Fantômes Affamés

Le Festival de Por Tor, aussi appelé la Fête des Fantômes Affamés, est une célébration traditionnelle qui se déroule sur tout l’île de Phuket. Elle tombe habituellement le 15ème jour de la septième lune croissante selon le calendrier chinois: cette année la Fête des Fantômes Affamés commencera le 19 août jusqu’an septembre (date à verifier).

Les Thaïs d’origine chinoise pensent que les esprits de leurs ancêtres viennent leur rendre visite pendant de ce festival. On l’appelle également la « Fête des Fantômes Affamés » car les croyants préparent des festins non seulement pour leurs ancêtres mais aussi pour les esprits qui n’ont plus de descendants vivants auxquels rendre visite et auprès desquels se sustenter.

Por Tor Festival PhuketLe Festival de Por Tor insiste sur l’importance de la tradition et du culte des ancêtres auxquels il faut rendre hommage. Dans le cas présent, le croyant espère recevoir de la chance et une bonne santé en remerciement pour la bonne nourriture offerte aux esprits.

Divers aliments, fruits et desserts colorés sont placés sur des autels pour les esprits des ancêtres. Beaucoup de gens offrent également des présents supplémentaires à l’arrière de leur maison pour inviter chez eux les âmes perdues qui n’ont pas de famille.

Les friandises principales du Festival de Por Tor, ce sont des gâteaux en forme de tortues rouges, appelés Ang Ku, qui peuvent avoir différentes tailles et sont fabriqués à partir de farine de blé et de sucre.
Pour les Chinois, la tortue représente la force et est un symbole de longévité, tandis que le rouge est la couleur de la bonne fortune.

Même si de nombreux événements se déroulent un peu partout à Phuket pendant cette période, les deux emplacements les plus marquants du festival sont le marché de Ranong Road et le temple chinois Sek Tel Bel sur Phuket Road.
Outre les monceaux de nourriture et les gâteaux de tortue présents sur les étals, il y aura aussi de nombreuses parades de Thaïs d’origine chinoise en costume traditionnel, et des spectacles variés.Por Tor Phuket thailande informations

L’avertissement donné pour le Festival de Kathu reste valable pour le Festival de Por Tor: une tenue décente et un parapluie sont de rigueur.

Réveillon de Nouvel An

Le Réveillon de Nouvel An

Le Réveillon de Nouvel An

Il existe une infinité d’endroits où fêter le Réveillon de Nouvel An à Phuket. Pourtant, dans la culture thaïlandaise, les célébrations associées à la Nouvelle Année occidentale n’ont aucune signification. Pour les Thaïlandais, le Nouvel An se fête en avril, à Songkran. Néanmoins, toujours dans la culture thaïlandaise, toutes les occasions sont bonnes pour s’amuser donc toutes les fêtes sont bienvenues.

Les endroits où célébrer l’arrivée de l’an neuf sont nombreux: qu’il s’agisse d’un hôtel, d’un restaurant ou d’un bar, d’un bateau ou du sommet d’une colline, les occasions d’assister aux feux d’artifice ne manquent pas. Il faut savoir que les feux d’artifice sont légèrement décalés les uns par rapport aux autres afin de fournir un spectacle qui dure plus longtemps, surtout pour les badaux qui ont eu la chance de louer un bateau et sont ancrés au large de la Baie de Patong, ou ceux qui se sont évertués à grimper tout au sommet de la « colline du radar », la plus haute de l’île, d’où ils pourront apprécier non seulement les feux d’artifice de Phuket mais aussi ceux de Krabi et de Phang Nga. Attention néanmoins en descendant du point de vue: la police de la route veille et les amendes sont salées en cas d’alcoolisme au volant, surtout lors du Réveillon de Nouvel An.

Un avertissement pour les touristes de la première heure: les hôtels ont pris pour habitude d’automatiquement enregistrer leurs clients au buffet du Réveillon de Nouvel An. Pour ceux à qui ce genre d’initiative ne convient pas, je conseille de négocier un prix tenant compte de leur non-participation au buffet ou de changer d’hôtel, purement et simplement.

P.v.K.

Sa Majesté le Roi Bhumibol Adulyadej

La fête des pères: anniversaire de Feu Sa Majesté le Roi Bhumibol Adulyadej

La fête des pères

Sa Majesté le Roi Bhumibol Adulyadej, nous a quittés le 13 octobre 2016.
Pourtant, sa philosophie reste et nous guidera, je l’espère, durant les décénies à venir.
Grande source d’inspiration pour son peuple, Feu Sa Majesté le Roi Bhumibol Adulyadej est considéré comme le père de la nation. La date de son anniversaire, le 5 décembre, est donc également celle de la fête des pères en Thaïlande.

Voici quelques extraits (d’après un article paru dans le Bangkok Post en 2006) de ses réalisations et réflections sur le principe du développement durable qui a fortement inspiré son règne.

Le Roi lui-même élabora ce principe dans un de ses discours: “Le développement doit respecter les nombreux et différents modes de vie et géographiques locaux. Nous ne pouvons pas imposer nos idées au peuple. Nous pouvons seulement suggérer. Nous devons aller à leur rencontre, trouver quels sont leurs besoins et ensuite leur expliquer précisément et complètement ce qui peut être réalisé. Afin de mettre en oeuvre un programme pouvant aider les gens, il est important de connaître les gens que vous voulez aider… il n’y a pas de raccourci. On ne peut pas aider les gens en mémorisant simplement des dossiers préparés par des centres d’études. Il faut rencontrer les gens et les aimer”.

L’expérience de première main sur le terrain, accumulée au cours des innombrables voyages de Sa Majesté aux quatre coins du Royaume, a mis en forme les principes qui gouvernent l’approche de Sa Majesté au développement rural: “Respectez la culture locale et la géographie de l’endroit. Ecoutez les gens, permettez-leur d’être vos professeurs. Pensez loin et pensez large mais rappelez-vous que le but ultime est le bien-être du peuple. Persuadez, n’imposez jamais. Et tout en cherchant à assurer une sécurité matérielle, n’oubliez pas de vous efforcer à atteindre la paix intérieure par des exercices de purification spirituelle”.

Ces messages ont été un thème constant dans de nombreux discours du Roi et dans la manière par laquelle il a dirigé plus de 2.000 projets royaux de développement depuis qu’il est monté sur le trône.

La vision de développement rural du Roi apparaît clairement dans les recherches effectuées (dans les Centres Royaux d’Etude pour le Développement) pour une agriculture intégrée libre de produits chimiques. Ces recherches pourraient être considérées comme un commentaire royal visant les politiques agricoles soutenues par les gouvernements actuels, qui contaminent sérieusement le sol, polluent les rivières et détruisent la chaîne alimentaire par l’usage lourd de pesticides et d’engrais chimiques.

La “Nouvelle Théorie Agricole” de Sa Majesté assure la promotion d’une maximisation de l’usage du terrain afin de permettre aux familles de fermiers de devenir autonomes. Reconnaissant l’importance des ressources en eau, Sa Majesté conseille d’allouer 30% de la surface à des étangs et des réservoirs. Pour la sécurité alimentaire, 30% des terres seront consacrées aux rizières. Une autre tranche de 30% sera réservée aux vergers et aux potagers. Le reste sera utilisé pour les quartiers d’habitation, les routes et autres infrastructures.
Selon Sa Majesté, le facteur clé qui permette un développement durable pour les gens et la nature réside dans l’équilibre interne des gens eux-mêmes. Un tel équilibre permet de refréner l’appât du gain tout en développant la satisfaction d’un mode de vie simple.
”Ce que nous devons nous efforcer de faire, c’est d’arriver à un état raisonnable de bien-être ou por yuan, por yoo, por khin et la paix pour le public en général”, explique-t-il dans un de ses discours royaux.
Por yuan, por yoo, por khin peut se traduire grossièrement par un état acceptable de bien-être avec sécurité alimentaire et besoins de base garantis et suffisants.

“J’ai déjà expliqué maintes fois que s’efforcer de devenir un “tigre” n’est pas notre préoccupation principale”, a déclaré Sa Majesté le 4 décembre 1997. “Ce qui est important pour nous, c’est d’avoir un standard de vie décent et suffisamment de nourriture, et d’être autonomes au niveau économique”.
“Le mot-clé, “autonome”, implique que l’on ne peut compter que sur soi-même. Il importe peu que la Thaïlande soit critiquée comme un pays retardataire tant que nous sommes capables de maintenir notre paix et notre autonomie”, insiste Sa Majesté lors d’un discours sur les réformes bureaucratiques.

Pendant plus de 50 ans, le Roi a voyagé dans tous les coins et recoins de son Royaume pour écouter les griefs de son peuple. Bien trop de fois, il a entendu des récits sur les taxes étatiques, les abus de pouvoir, les politiques inefficaces basées sur des données incomplètes, les rivalités entre les agences gouvernementales et le manque de respect pour les populations locales. Cela l’a probablement rendu plus conscient que personne du besoin qu’avait le pays d’une réforme bureaucratique.

Un autre discours en 1990 montre que l’approche holistique du Roi n’est pas limitée au seul secteur agricole. “Toutes les activités dépendent les unes des autres. Dès lors chacun doit être attentif à remplir consciensieusement sa tâche envers les autres et il faut s’aider les uns les autres”.

Malgré les conseils royaux, leur application par les agences d’Etat échouent souvent car elles oublient les directives de Sa Majesté spécifiant que le développement doit commencer par accorder la prise de décision aux gens.
Sa Majesté considère cette prise de décision comme “un élan venant de l’intérieur” c’est-à-dire un renforcement de la communauté de façon à ce qu’elle puisse devenir un partenaire actif choisissant le changement qui lui convient le mieux.

Une bonne santé et l’accès à une eau propre sont les facteurs de base essentiels pour le processus décisionnel de la communauté, insiste le Roi. Ensuite, les gens doivent avoir accès à une technologie agricole pratique et à l’information afin qu’ils puissent évoluer rapidement avec le changement.

La Nouvelle Théorie n’est pas du tout facile à mettre en pratique, comme le Roi lui-même l’admet souvent, et lorsqu’elle est implémentée, une approche flexible est essentielle.

La Nouvelle Théorie avec sa philosophie d’auto-suffisance diffère des principaux courants de pensées pour trois raisons fondamentales. Tout d’abord, Sa Majesté insiste sur la cause principale de la plupart des difficultés, qui est plus liée à la vision du monde qu’à des facteurs économiques. Ensuite, Sa Majesté insiste sur le fait que restaurer et maintenir la force du secteur agricole est une condition nécessaire pour renverser le déclin économique actuel grâce aux fermiers de petite et moyenne envergure. Enfin, l’idée d’auto-suffisance indique que les communautés locales doivent atteindre un certain degré d’autonomie financière avant de pouvoir s’investir dans l’économie de marché.

Que peut donc faire un Roi quand ses idées et ses voeux sont remis en question? Durant toutes les années pendant lesquelles il s’est investi pour développer une agriculture viable pour améliorer la vie de ses sujets, Sa Majesté a été connu pour avoir accordé une extrême importance au maintien de l’équilibre naturel.

Des commentaires ont été émis en privé sur le fait que les initiatives royales ne sont pas ouvertes à la discussion ni aux modifications. Sa Majesté répondit à ces rumeurs lors de son discours du 4 décembre 1993: “Certaines personnes disent qu’un projet royal ne peut être touché. C’est là une vision erronée ou une vision qui n’est pas vraiment juste. Si on ne peut pas faire de commentaires sur un projet royal, la Thaïlande ne peut pas se développer. Un projet royal est une opinion royale. Si une opinion royale ne peut pas être touchée, cela signifie que la Thaïlande ne peut pas progresser”.

Traduction P.v.K. d’après le Bangkok Post

festival de Kathu

Le Festival de Kathu

Le Festival de Kathu

Le Festival de Kathu offre à ses visiteurs une vitrine sur ce qui fut la vie traditionelle de ce village, un des plus important de Phuket, qui englobait également Patong jusqu’en 1991.

Aux temps jadis, le village de Kathu n’était qu’un hameau entouré de rizières jusqu’à ce qu’au XIXème siècle, l’industrie de l’étain le mette en évidence sur la carte de l’île. C’est alors que les migrations de Chinois Hokkien alimentèrent les mines en main d’oeuvre et importèrent leur culture à Phuket.

Une des plus importantes manifestations de la culture hokkien est le Festival Végétarien de Phuket, qui vit justement le jour au temple chinois de Kathu. Le Festival de Kathu, qui se tiendra cette année du 5 au 15 octobre 2021, offre donc un mélange de traditions aussi bien thaïes que chinoises.

On peut les observer dans les rues auprès des innombrables échoppes proposant des plats traditionnels et beaucoup de nourriture végétarienne là où la cuisine est d’origine chinoise. On peut déguster les spécialités locales en déambulant parmi les scènes de théâtre traditionnel, les concerts, les exhibitions d’enfants pratiquant des jeux d’un autre âge, les danses des lions, les démonstrations d’arts martiaux et j’en passe.

Le Festival de Kathu remémore les coutumes et les traditions que les habitants de Kathu entretiennent depuis les temps anciens et continuent de se transmettre de génération en génération. On pourra ainsi assister à des défilés au cours desquels les villageois paraderont dans leurs plus beaux vêtements propres à la culture baba ou dans les tenues traditionnelles des gens de Phuket.

Pour assister au Festival de Kathu, il convient de s’habiller de manière appropriée de façon à ne pas choquer la tradition. De plus, la Mousson pouvant parfois réserver des surprises, il est sans doute prudent d’emporter un parapluie.

Khao Phansa

Khao Phansa, le carême bouddhique

Khao Phansa, le carême bouddhique

Les 6 juillet et premier octobre 2020 seront fériés pour les Thaïlandais. Vendredi, jour de pleine lune, on célèbrera Asarnha Bucha tandis que le lendemain marquera Khao Phansa, le carême bouddhique. Pour ceux qui ont l’envie de se balader, c’est l’occasion d’assister dans tout le pays à des cérémonies traditionnelles hautes en couleur, comme le Tak Bat Dok Mai à Saraburi ou le festival des bougies d’Ubon Ratchatani.

Vendredi sera le jour d’Asarnha Bucha. Tout comme Macha Bucha et Visacha Pucha, il s’agit d’une des fêtes les plus importantes du calendrier bouddhique. En cette date anniversaire, on commémore le sermon du Bouddha à ses cinq premiers disciples dans le jardin des gazelles à Sarnath, près de Bénarès en Inde.

Le 6 juillet 2020, ce sera Khao Phansa, le premier jour de la période du Carême Bouddhique qui marque l’entrée dans la saison des pluies, période pendant laquelle le déplacement quotidien des bonzes pour quémander leur nourriture, notamment à travers les campagnes, devient difficile.
Commence alors pour eux une sorte de retraite : pendant trois mois ils ne quitteront pas l’enceinte du temple et devront se soumettre à diverses règles plus strictes que de coutume tout en se consacrant à l’étude et à la méditation. C’est aussi à cette période que les jeunes Thaïs entrent provisoirement au monastère. D’innombrables cérémonies d’ordination ont alors lieu d’un bout à l’autre du pays.
Le Carême Bouddhique se termine le jour de la pleine lune d’octobre, nommé Auk Phansa (auk signifie « sortir » comme khao veut dire « entrer »).

Tak Bat Dok Mai, le rite des fleurs de Khao Pansa

Khao Phansa sera l’occasion d’assister ou même de participer à des cérémonies traditionnelles d’acquisition des mérites durant lesquelles les fidèles apportent dans les temples des offrandes de plats cuisinés accompagnés de riz, d’encens de bougies et autres objets sacrés.
A une centaine de kilomètres de Bangkok, à Saraburi, le Tak Bat Dok Mai est un rituel apparemment propre à la région, qui consiste à apporter des fleurs toutes spéciales appelées Dok Khao Phansa (fleurs de Khao Phansa). Ces fleurs typiques de Saraburi ont en effet la particularité de fleurir précisément à la même période que le Carême, d’où leur nom.

La cérémonie de Tak Bat Dok Mai a lieu au Wat Phra Buddhabat Woramahaviharn, temple de l’empreinte sacrée (Shrine of the Holy Footprint) dans le district Phra Buddhabat dans la province de Saraburi.
Attention, ces vendredi et samedi, la vente d’alcool devrait en principe être interdite.

Le festival des bougies d’Ubon Ratchatani

Comme tous les ans, au moment de l’entrée dans le carême bouddhique, la province d’Ubon Ratchatani vivra au rythme des défilés lumineux de bougies géantes. Ces offrandes faites à Bouddha et ses disciples sont parfois de vraies œuvres d’art.
La province d’Ubon Ratchathani et le parc de Thung Sri Muang se préparent chaque année à cet évènement. Unique en Thaïlande, le festival de la bougie essaye de préserver les coutumes et les traditions bouddhistes en faisant participer les communautés locales. Plusieurs moines mais aussi des artistes dont certains sont laïcs, ont eu pour tâche de sculpter et de mouler les bougies pour le carême. Les artistes s’attachent ainsi à faire des œuvres belles et uniques de ces bougies présentées comme des offrandes aux bouddhistes. Elles représentent le respect porté à Bouddha, aux moines, aux parents et aux ancêtres. Plusieurs sortes de bougies grandioses sont réalisées. Parmi les plus impressionnantes, les Mondop possèdent une base carrée et un toit pyramidal. Utilisées comme réceptacle des offrandes, elles ne sont pas allumées et servent uniquement pour les dévotions. Les Poom et les Mat Ruam, destinées à être allumées, servent quant à elles à obtenir du « mérite ».

Gagner des bons points pour sa réincarnation

Cette fête est aussi l’occasion pour les fidèles d’obtenir des mérites. Selon les enseignements bouddhistes, toutes les actions effectuées quotidiennement affectent notre champ de mérite, mais le meilleur moyen d’en accumuler reste de soutenir directement le bouddhisme. Ainsi, lorsqu’un fidèle offre un soutien matériel à un moine – l’aumône, des donations ou des aliments -, il accumule des mérites qui comptent pour sa prochaine réincarnation. La présentation des bougies pour le Phansa a une valeur spirituelle et pratique car cela représente aussi un acte vertueux.

P.v.K, d’après Quentin Weisanto et Patrick Limon, Le Petit Journal

festival des mariages baba

Le Festival des Mariages Baba

Le Festival des Mariages Baba

Les Peranakan, connus à Phuket sous l’appellation de « Baba », sont les descendants des immigrants chinois qui arrivèrent sur l’île chercher une nouvelle vie et de meilleures conditions d’existence en travaillant dans les mines d’étain au XIXème siècle. Le Festival des Mariages Baba rappelle cette époque de l’histoire de Phuket et la manière élaborée avec laquelle ces anciens immigrants préparaient leurs cérémonies d’union pour la vie.

Des processions hautes en couleurs parcourent alors les alentours de Thalang Road dans le vieux Phuket Town décoré de lanternes rouges, et les célébrations elles-même se tiennent dans les plus beaux manoirs sino-portugais de la vieille ville.

Le jours du mariage, tandis que les futurs maris s’admirent dans leur costume blanc, les futures épouses apparaissent dans d’éblouissantes tenues chinoises traditionelles avec des coiffures raffinées, et des bijoux et accessoires anciens. Des traditions spécifiques entourent ce festival annuel des Mariages Baba pour en faire un événement culturellement riche de la communauté Peranakan, et tout y a son importance, qu’il s’agisse de la nourriture, des couleurs ou de la forme et la taille des objets utilisés: tout est hautement symbolique, les rituels sont administrés avec le plus grand soin afin de favoriser la bonne chance, la prospérité et la fertilité des jeunes mariés.

Quelques cérémonies valent vraiment le détour:

La cérémonie d’hommage au Ciel et à la Terre: cette tradition fait partie de la culture chinoise depuis des temps immémoriaux. Avant de commencer une vie ensemble, le couple s’incline devant l’autel du Ciel et de la Terre et devant celui des ancêtres du futur époux, et leur présente ses respects.

La cérémonie du thé du mariage: le nouveau couple s’agenouille devant les parents du jeune mari et leur offre le thé avant d’en offrir également aux autres membres de la famille par ordre d’âge, soit respectivement les grands-parents, les oncles et tantes puis les frères et soeurs. En retour, ils reçoivent des « petits » cadeaux: argent liquide, or ou bijoux. Cette cérémonie sert aussi à éduquer les jeunes générations afin qu’elles comprennent et apprécient les concepts de reconnaissance et de respect face aux parents et aux aînés. Ces concepts sont à la base des traditions familiales asiatiques depuis des centaines d’années.

Plusieurs manoirs sino-portugais, situés dans le vieux Phuket Town, servent de décor pour le Festival de Mariages Baba. Les organisateurs du festival utilisent chaque année quelques unes de ces demeures d’époque pour représenter la maison du fiancé et celle de la fiancée. C’est là que se tiennent les cérémonies les plus importantes. La chambre nuptiale est ouverte aux visiteurs tout comme dans la Chine antique, elle l’était pour la famille et les amis le jour du mariage.
Ces demeures incluent, entre autre, le Manoir Hongyok sur Thepkrasattri, le Musée Thai Hua sur Thalang et le Restaurant Blue Elephant qui fut le manoir de Phra Pitak Chinpracha, un ancien Gouverneur de Phuket.

Pour vous marier lors de cette célébration d’épousailles de masse, il vous en coûtera environ 40.000 Bahts, ce prix comprenant les costumes de mariage, la cérémonie complète et quelques nuits d’hôtel.
Outre les Thaïlandais et les Babas, on peut y rencontrer des jeunes couples provenant de Taïwan et de Chine mais aussi du Japon.

Pour les non-candidats au mariage, la fête est gratuite et ouverte à tous. Les vêtements les plus chics et les plus colorés sont les bienvenus, et le noir est vivement déconseillé car associé au deuil. De plus, un comportement joyeux mais respectueux est de rigueur.

P.v.K. d’après Phuket.com

Nouvel An

Nouvel an en Thaïlande, l’occasion de faire du mérite

Nouvel an en Thaïlande

Qu’il s’agisse du Nouvel An international ou des Nouvel An lunaire chinois ou thaïlandais, le passage d’une année à l’autre offre une opportunité très prisée par les bouddhistes de Thaïlande pour «faire du mérite» en visitant un des nombreux lieux sacrés du royaume.
En fait, il n’est pas rare pour certaines personnes de profiter de ces trois occasions pour visiter et rendre hommage aux motifs sacrés des temples et stupa dans tout le royaume.
La nouvelle année est considérée comme une période propice pour établir un nouveau chapitre dans son livre karmique, et il est donc un particulièrement conseillé d’en profiter pour faire du mérite, traduction assez barbare de merit making.

Une bonne occasion pour engranger des mérites

L’accumulation de mérite – bun en thaï, du terme Punna en Pali – est censé exercer une puissante influence sur la vie future et les renaissances futures. L’idée d’une renaissance est largement acceptée en Thaïlande, et la théorie bouddhique du karma est bien traduite par le proverbe tham dii, ddi dii ; tham chûa, ddi chûa («les bonnes actions mènent à de bons résultats ; les mauvaises actions à de mauvais résultats»).

Ces visites qui ont le plus souvent lieu dans un temple, prévoient la présentation d’offrandes pour rendre hommage aux Bouddha, Dhamma et Sangha – la trilogie sacrée qui réunit le bouddhisme, la maîtrise des enseignements et la communauté. Les visiteurs peuvent arriver tôt le matin pour offrir de la nourriture aux moines résidents, ou arriver a n’importe quel moment de la journée et offrir l’aumône, sous forme de bougies, fleurs et encens allumés sur des autels situés dans le wihan (principal sanctuaire de Bouddha) ou à la base d’un stupa.

Les dons en argent au temple peuvent également faire partie des offrandes rituelles, ou exécuter un travail bénévole dans le but de faire du mérite à la nouvelle année.

La doctrine theravada insiste sur les trois aspects principaux de l’existence : la dukkha (satisfaction impossible), l’anicca (nature éphémère de toute chose) et l’anatta (non-substantialité de la réalité). Ces trois concepts, découverts par Siddhartha Gautama au VI siècle av. J.-C., s’opposaient à la croyance hindoue en un moi éternel et bienheureux (paramatman).

Les mérites gagnés peuvent également être transférés à des proches ou d’autres personnes que nous aimons, y compris ceux qui nous ont quittés. Un tel partage du mérite, qui reflète l’esprit thaïlandais de générosité et de fidélité à la famille, peut être demandé officiellement au moment du don aux moines et aux monastères.

D’après Olivier Languepin, Thaïlandefr.com